Peinture

Francis Harburger 1905-1998

Le langage de la peinture

Hélène Decaen-Le Boulanger, Amandine Delcourt, Josette Galiègue, Bruno Gaudichon, Sylvie Harburger, Caroline Larroche, Séverine Muteau, Didier Schulmann et Florence Tètelin

 

Né à Oran, Francis Harburger arrive à Paris en 1921. Élève de l’École des Arts Décoratifs puis de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, il est, en 1928, le premier pensionnaire de la Casa Vélasquez à Madrid. En 1940, il subit les lois antisémites de Vichy et quitte Paris pour Alger. Après la guerre, Harburger s’engage dans de nouvelles voies artistiques et affirme de profondes convictions humanistes. Il rédige alors un Manifeste Réaliste Humaniste. En 1963, dans Le langage de la peinture, il témoigne de ses recherches pour la représentation d’objets du quotidien qui aboutissent au principe des « hiéroglyphes ». Ces assemblages formels constituent l’essentiel d’une exposition organisée par les musées de Roubaix, Beauvais et Trouville-sur-Mer. Cette publication réunit près d’une centaine d’œuvres et révèle la méthode d’un artiste initiateur d’une séduisante théorie du regard sur l’objet. Grâce à un texte de Caroline Larroche, spécialiste d’Harburger, et à une contribution de Didier Schulmann sur les spoliations nazies et vichystes dont fut victime le peintre, se font jour ici l’itinéraire et les convictions d’un artiste attachant et mal connu.

 

978-2-35340-055-3

Format 24 x 21,5 cm à la française

96 pages, 116 illustrations

Ouvrage broché - Imprimé sur papier couché demi-mat 150 g

PVP 19 €

Chez le même éditeur >