Le jardin de Claude Monet à Giverny, histoire d'une renaissance

Ndop
Etoffes des cours royales

et sociétés secrètes du Cameroun

À table!

Le repas
tout un art

Jean SOUVERBIE

PÉTÉRELLE
œuvres sur papier

Gilbert Vahé

Arbres morts, marécages, ronces et mauvaises herbes : voici ce que découvre Gérald Van der Kemp à son arrivée à Giverny en 1977. Suite au décès de Michel Monet, la propriété du peintre et la collection qu’elle abrite sont léguées à l’Académie des beaux-arts. La maison en triste état est confiée à Gérald Van der Kemp, ancien conservateur en chef du château de Versailles, qui trouve ici un nouveau défi à sa mesure. L’allocation budgétaire des pouvoirs publics étant limitée, le couple très mondain fait appel au mécénat – notamment américain – pour pouvoir faire renaître les jardins.…

 

978-2-35340-271-7

Format : 24 × 28 cm à la française

Nombre de pages : 240

Nombre d’illustrations : environ 130

Ouvrage Relié

Imprimé sur papier couché mat 150 g

PVP : 35,00 euros TTC

Ly Dumas

Le Ndop est une étoffe traditionnelle et rituelle bamiléké. Il s’agit d’un assemblage de bandes de coton cousues bord à bord avec des motifs géométriques blanc sur fond bleu indigo. Tous ces motifs formes géométriques, représentations d’animaux, d’étoiles, du soleil, … ont une valeur symbolique et en font le vêtement rituel des sociétés secrètes : porter le Ndop, n’est pas anodin.

Au Cameroun, ce tissus est un ornement funéraire qui est utilisé lors des deuils et des cérémonies traditionnelles.

Dans cet ouvrage Ly Dumas raconte l’histoire de la fabrication de ce tissu et explique sa valeur symbolique et esthétique. En outre des contributions de spécialistes comme Louis Perrois, Jean-Paul Notué, Hélène Joubert, Arthur Caumes, Bettina von Lintig, Francine Vormese,… apportent un éclairage complet sur son évolution et sur son usage contemporain. Aucun livre n’a jamais été publié sur ce sujet.

 

9978 2 35340 324 0

Format : 29,7 x 21 cm à l’italienne

Nombre de pages : 240

Nombre d’illustrations : environ 170

Ouvrage broché, couverture à rabats

Imprimé sur papier couché ½ mat 170 g

PVP : 36,00 euros C

Il y a dix ans, l’UNESCO classait au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité « le repas gastronomique des Français ». En effet, notre pays demeure, aux yeux du monde entier, celui où les habitants aiment se réunir tout au long de leur vie autour de tables joliment dressées pour pratiquer l’art de la conversation, du bien boire et du bien manger. L’exposition « A table ! Le repas, tout un art » invite le visiteur à découvrir l’histoire de cette pratique dans laquelle l’ensemble des Français se reconnaissent. Au fil des siècles, l’opulence festive et l’élégance des dîners de l’Ancien Régime se sont démocratisées et se sont transmises. Le rite du repas gastronomique offre ainsi aux convives un idéal de bonheur pour tous. Comme Voltaire disait dans Le Mondain :

« Le paradis terrestre est où je suis » !

 

978-2 -35340-325-7

Format : 22 x 28 cm

Nombre de pages : 240

Nombre d’illustrations : environ 170

Ouvrage broché, couverture à rabats

Imprimé sur papier couché ½ mat 170 g

PVP : 39,00 euros

Frédéric Souverbie

Décédé en 1981, le peintre Jean Souverbie a laissé derrière lui une œuvre puissante et abondante. élève de Maurice Denis dont il fréquente l’atelier à St-Germain-en-Laye dés 1908, il entre à l’Académie Jullian et suit l’enseignement de Jean-Paul Laurens. En 1913 il rencontre Roger Chastel dont il restera toujours très proche. En 1916 il s’inscrit à l’Académie Ranson où il se lie aux peintres nabis : Sérusier, Vuillard, Valloton ; il trouve là de quoi satisfaire son goût pour les grandes compositions théâtrales et son goût de l’antiquité. Marqué par le cubisme, il se lie à Picasso et s’installe définitivement à St-Germain-en-Laye dans l’ancien hôtel de la duchesse de Longwy où il organise des expositions. A partir des années trente, il se consacre essentiellement à l’art monumental et présente ses œuvres à la Biennale de Venise...

 

978-2-35340-320-2

Format : 24 x 30 cm à la française

Nombre de pages : 192

Nombre d’illustrations : environ 250

Imprimé sur papier couché 1/2  mat 170 g

PVP : 39,00 euros TTC

Lydia Harambourg

Après la publication du premier ouvrage consacré aux peintures d’Adolphe Pétérelle, Lydia Harambourg s’est intéressée à l’œuvre graphique d’un des peintres les plus singuliers de l’entre-deux-guerres. Celui que l’on peut légitimement rattacher au mouvement expressionniste et à la nouvelle figuration, même s’il a toujours revendiqué son indépendance à l’égard de toute école, a laissé une œuvre graphique riche et abondante. Né en 1874 à Genève, Pétérelle arrive à Paris en 1891. Il s’installe à Montmartre dans un atelier au Bateau Lavoir qu’il quittera en 1908 pour la Cité Falguière où il travaillera jusqu’à sa mort en 1947. Une de ses premières expositions a lieu en 1913, à la galerie l’Encrier. Engagé dans la Légion étrangère, il est blessé dans la Somme et perd un œil...

 

978-2-35340-318-9

Format : 24 x 30 cm à la française

Nombre de pages : 144

Nombre d’illustrations : environ 140

Ouvrage relié

Imprimé sur papier couché mat 170 g

PVP : 39,00 euros TTC