Newsletter

promotion
Jean-Michel COULON Agrandir

Jean-Michel COULON

Jean-Michel COULON
Lydia Harambourg - Aline Stalla-Bourdillon
Bilingue français-anglais
Format : 24x28cm
208  pages

Plus de détails

978-2-35340- 279-3

42,65 €

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 4 points de fidélité. Votre panier totalisera 4 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,80 €.


Jean-Michel Coulon a passé sa vie à créer, dessiner et peindre… dans un secret quasi-absolu. Il ne laisse personne entrer dan s son atelier.à sa mort en 2014, sa famille découvre une œuvre structurée, intacte et inédite qui compte plus de 800 peintures et collages.
Il nait à Bordeaux en 1920. Adolescent, il rencontre Picasso auquel il montre une représentation qu’il a fait de la Sainte-Chapelle. Le maitre, que la perspective étonne, lui demande à garder le dessin. Coulon refuse et s’enfuit en courant !
C’est à 20 ans, lors d’un voyage dans les Alpes, qu’il décide de se consacrer entièrement à la peinture. D’emblée ses œuvres sont toutes abstraites.
Au cours des années d’après-guerre, il est introduit dans les cercles artistiques comme la seconde école de Paris et devient proche de peintres tels que Nicolas de Staël, André Lanskoy, Maria Henela Vieira da Silva et Arpad Szenes.
Ses débuts sont prometteurs puisqu’à 29 ans il expose seul à la galerie Jeanne Bucher dont le livre d’or témoigne de la présence d’artistes qui connaitront bientôt la célébrité. Parmi eux, Rothko, Vieillard, Deyrolle ou Arnal. L’année suivante, en 1950. Il participe à la première exposition qui confronte les peintures américaines à l’école de Paris. Ensuite il refusera presque toutes les propositions d’exposition.
Sa peinture évolue, notamment en matière de gamme chromatique, avec les événements familiaux qui l’affectent. De même, son œuvre reflète les évènements plus joyeux de son mariage et de ses voyages aux états-Unis et en Italie.
Ses toiles sont en majorité de petit format et d’un style très épuré, juxtaposition verticale de couleurs de la largeur d’un pinceau plat.
Si la peinture à l’huile représente la colonne vertébrale de l’œuvre de Jean-Michel Coulon, à partir des années 2000 il mettra sa créativité au service de collages chatoyants dans lesquels il investit toute son énergie. Véritable frénésie créatrice à laquelle les toiles des années 50 et 60 servent de support.
Cet ouvrage propose de découvrir le travail d’un artiste dont le travail a été loué par ses pairs mais qui a semblé refuser la reconnaissance du grand public de son vivant.